Les petites mains face au côté obscur d’Internet

Les petites mains face au côté obscur d’Internet

Malgré tout l’intérêt que suscite l’utilisation des algorithmes de détection d’images, de l’intelligence artificielle et d’autres outils qui patrouillent le Web social, la tâche de maintenir le bon fonctionnement d’Internet, et de le rendre disons-le plus présentable, incombe encore aux humains.

Des travailleurs souvent situés dans des pays en voie de développement, travaillant pour des entreprises ayant pour client Facebook, Twitter ou des sites de rencontre, et dont la tâche principale consiste à filtrer manuellement la multitude de photos qui y sont téléversées quotidiennement.

Faire face au côté obscur d’Internet

Réalisé par Ciaran Cassidy et le journaliste Adrian Chen, un journaliste qui a déjà écrit sur le travail de modérateur de contenu aux Philippines, le documentaire The Moderators est une fenêtre sur le travail souvent méconnu de ses petites mains face au côté obscur d’Internet. Des travailleurs qui auraient à traiter et à analyser individuellement 2 000 photos à l’heure. Un travail qui nécessairement laisse des traces, car il est inconcevable de rester indifférent face à ce pilonnage quotidien de violence.

Field of Vision – The Moderators de Field of Vision sur Vimeo.

En 2014, Adrien Chen résumait ainsi leur travail :

[…] companies like Facebook and Twitter rely on an army of workers employed to soak up the worst of humanity in order to protect the rest of us. And there are legions of them—a vast, invisible pool of human labor.

Une armée de modérateurs de contenu qu’on évalue en 2017 à plus de 150 000. Des personnes provenant de cultures différentes qui doivent porter rapidement un jugement sur ce qui est acceptable ou pas de diffuser, mais surtout qui appliquent les règles et les lignes directrices fournies par le client visant à contrer les obscénités, les abus et la violence.